Ce site web utilise des cookies

Nous utilisons des cookies fonctionnels et analytiques pour améliorer notre site Web. De plus, des tiers placent des cookies de suivi pour afficher des publicités personnalisées sur les réseaux sociaux. En cliquant sur Accepter, vous consentez au placement de ces cookies.
header_06-iot-1.jpg

L'Internet of Things (IoT) joue un rôle croissant dans l’e-santé. Cohezio, service de prévention et de protection au travail, monitore ses 120 frigos de stockage grâce à la géolocalisation. Le CHU de Charleroi sait toujours où se trouvent les scanners et défibrillateurs. Saviez-vous que l'IoT est également crucial dans la campagne de vaccination ?

plus efficaces

Des soins de santé

grâce à l'IoT

E-SANTÉ

06-header-1.jpg
image_10.png (copy3)

La prévention et la protection de 550.000 travailleurs ne s’improvisent pas. Cohezio, service externe de prévention et de protection au travail, joue la carte de l’IoT pour optimiser ses services. Rencontre avec Eric Fromont, Directeur ICT.

120 frigos connectés

Cohezio

La numérisation du secteur des soins de santé est une réalité. En amont, la prévention dans les entreprises est assurée par des services externes. Un secteur encadré par une législation stricte qui doit jongler entre les données des patients et les portails des services de l'e-santé. “Nous traitons les données des travailleurs d’environ 20.000 clients en Belgique. Nous avons conçu notre propre data warehouse qui accueille depuis peu également les données récoltées dans le cadre de nos projets d’IoT”, explique Eric Fromont.

Des frigos connectés

Avec une couverture nationale et environ 150 centres logistiques, le besoin d’automatisation est réel pour Eric Fromont. Un de ses projets liés à l’Internet of Things concerne le stockage des vaccins. “Nous gérons 120 frigos de stockage. Depuis qu’ils sont connectés, non seulement nous maîtrisons parfaitement les températures à distance, mais nous détectons aussi les appareils plus vétustes à remplacer. Nous avons un vrai tableau de bord dont ne nous disposions pas avant.”

Les frigos doivent offrir une température entre 2 et 8 °C. En cas de non-conformité, une alerte est envoyée vers une responsable au sein de l’équipe médicale. “Dans le cadre de notre certification ISO 9001, le respect des températures fait partie de la check-list des inspecteurs. Aujourd’hui, je dors sur mes deux oreilles, cette gestion dynamique et proactive nous permet de nous concentrer sur d’autres priorités.”

Gestion dynamique

E-santé, data warehouse en IoT

“Trop peu d’organisations semblent être conscientes des domaines d'application possibles de l'IoT au sein de l'entreprise."

lo-cohezio.png

Cohezio

Cohezio est le Service Externe de Prévention et de Protection au Travail. Le service contrôle la santé, la sécurité et le bien-être des employés et aide les employeurs à remplir leurs obligations légales.

Dans le cadre de son activité de médecine du travail, soucieuse de veiller à une prévention optimale, Cohezio surveille également les paramètres ambiants de ses locaux. “Nous devons récolter les données telles que la température, le taux d’humidité, la luminosité ou encore le taux de CO2. Grâce au réseau LoRa de Proximus, nous obtenons des données sur mesure et en temps réel. Nous pouvons immédiatement rectifier les conditions si nécessaire. Ces « mini-capteurs » sont tout à fait complémentaires aux différents appareils professionnels que nous utilisions déjà car ils permettent d’optimiser leur utilisation en ciblant précisément les moments où nous avons besoin d’informations plus complètes et précises”, souligne Eric Fromont.

Analyse en temps réel

Étape par étape

Avant de se lancer dans l’Internet of Things, Eric Fromont et son équipe ont procédé à une analyse minutieuse des technologies disponibles sur le marché. Leur choix s’est porté sur Proximus. “La compétence des interlocuteurs et la réactivité par rapport à nos nombreuses questions ont fait le poids. Nous avons ensuite réalisé une sélection des capteurs utiles et une étude du déploiement idéal en fonction du réseau. Nous avons testé la connectivité, centre par centre.” Aujourd’hui, Cohezio gère les données récoltées via sa propre plateforme de BI et de reporting.

Une technologie à découvrir

La fusion entre l’IoT et le secteur de la santé est une avancée spectaculaire aux yeux du responsable IT de Cohezio. “Nous avons hissé la qualité de nos données à un niveau supérieur. Trop peu d’organisations semblent être conscientes des domaines d'application possibles de l'IoT au sein de l'entreprise. D’ailleurs, nos projets sont souvent source d’inspiration pour nos clients qui en expérimentent directement les bienfaits.” Eric Fromont attend également avec impatience le déploiement de la 5G. “Le potentiel de ces technologies est énorme pour les secteurs de l’e-santé et du bien-être au travail.”

Eric Fromont

Ingénieur de formation et conseiller en prévention de Niveau 1, Eric Fromont connaît le secteur de la prévention et de la protection au travail comme sa poche. Directeur ICT depuis 2007, il est fervent défenseur de la technologie au service de la santé.

06-img-portret1.jpg
06-header-chu.jpg
image_10.png (copy3)

Du contrôle des températures pendant le transport de sang à la gestion des parkings, le CHU de Charleroi a compris les avantages des objets connectés. Interview avec Michel Andris, Chef de projet au service TIC du CHU.

Les défibrillateurs plus rapidement sur site

CHU DE CHARLEROI

Michel Andris se souvient du premier projet qui a mené à l’intégration de l’IoT au sein du CHU. “Nous sommes partis d’une demande assez simple : la surveillance de la température de nos réfrigérateurs, congélateurs et étuves dans le cadre de la surveillance des médicaments. Le relevé manuel était peu précis et nous devions gagner en fiabilité en constance et faire du reporting. C’est ce que nous avons réussi à faire grâce aux objets connectés. Nous avons même pu identifier les équipements non conformes.”

Optimiser la sécurité

Ensuite, différent projets d’innovation se sont rapidement enchaînés au sein du CHU. “Nous avons mis en place un système d’alerte via un ‘bouton’ connecté. En cas de problème de sécurité, notre personnel presse le bouton et l’alerte est immédiatement transmise, l’objectif est de pouvoir intervenir le plus rapidement possible (chaque seconde compte). La même technologie est également utilisée pour les patients en chambre stérile par exemple”, explique le chef de projet.

Dans les multiples solutions apportées par l’IoT, Michel Andris et ses collègues répondent également au défi de la géolocalisation du matériel prêté entre les services. “Fini les recherches interminables, la position de chaque scanner mobile ou pompe à perfusion est directement identifiable. Tout comme nos défibrillateurs qui sont malheureusement convoités par des personnes moins bien intentionnées.”

Géolocalisation

Gagner en fiabilité

Chaque nouvelle idée est prise en considération. Si l’intégration s’avère possible, nous partons à la recherche du capteur IoT le plus adapté.

06-lo-chu.png

CHU DE DE Charleroi

Le Centre Hospitalier Universitaire de Charleroi est un hôpital public géré par l'ISPPC. L'hôpital compte 1.424 lits, quelque 4.000 collaborateurs et plus de 500 médecins.

Pour assurer une diffusion fluide et ciblée des informations générées par les objets connectés, le CHU de Charleroi a développé son propre serveur d’alarmes. “Beaucoup d’hôpitaux fonctionnent sur base de systèmes hétérogènes. Notre stratégie s’inscrit plutôt dans une standardisation de l’information. Les objets connectés sont donc un des points d’entrée de ce serveur. L’optimisation est aussi bénéfique en interne que pour les patients”, souligne Michel Andris.

PROPRE SERVEUR D’ALARMES

Y goûter, c’est l’adopter

Différents projets sont sur la table de Michel Andris : des capteurs pour la gestion des places de parking, des bornes interactives de guidage des patients ou encore des capteurs de chute de personnes âgées. “Chaque nouvelle idée est prise en considération et fait l’objet d’une réflexion avec le département concerné. Si l’intégration s’avère possible, nous partons à la recherche du capteur le plus adapté. Demain, la 5G nous aidera à absorber des volumes plus importants, des données plus lourdes (comme de la vidéo) et d’avoir un temps de réponse, une latence, plus faible. Mais pour le moment, ma priorité reste la manière de réceptionner les informations, que ce soit sous couverture wi-fi ou grâce au réseau LoRa.”

Michel Andris

Chef de projet au service TIC Michel Andris gère l'informatique de 4 hôpitaux, treize polycliniques et centres médicaux, 6 crèches et 3 maisons de repos.

06-header-3.jpg

Pour lancer la campagne de vaccination contre le COVID-19, il était crucial d'équiper les centres de vaccination en infrastructures de télécommunications et informatiques. À la demande de l'AViQ, l'Agence pour une Vie de Qualité, Proximus a déployé en 7 jours 40 nouveaux centres dotés :

Proximus et ses partenaires connectent 40 centres de vaccination en 7 jours

  • de l’internet via une ligne fixe avec le back-up 4G pour garantir l'accessibilité ;

  • d’un pare-feu supporté par Meraki LAN et d’un réseau local sans fil (LAN) pour sécuriser les connexions ;

  • de Call Connect via des appareils mobiles pour permettre la communication entre les stewards, le personnel administratif et le personnel médical ;

  • d’ordinateurs portables et des périphériques associés, tels que les scanners de codes QR et les imprimantes, configurés et installés. Ils servent à gérer les rendez-vous et à consulter la documentation ;

  • des capteurs IoT connectés au réseau LoRa pour surveiller la température des vaccins. La plateforme IoT envoie une alerte par e-mail et SMS au pharmacien responsable lorsque la température ne se situe plus au niveau adéquat ;
     
  • de capteurs mesurant la concentration de CO₂ dans le centre de vaccination et le nombre de visiteurs présents dans le centre.
image_10.png (copy3)
lo-cohezio.png (copy)

L’AVIQ

L' Agence pour une Vie de Qualité œuvre pour la santé et le bien-être des citoyens en Wallonie. L'AViQ place quatre valeurs essentielles au cœur de ses actions : justice, solidarité, qualité et efficacité.

  • Les capteurs sont prêts à l’emploi et étanches.
  • Ils mesurent des températures allant jusqu’à -55 °C ou -90 °C.
  • Ils ont une précision de 0,5 °C.
  • Leur installation ne nécessite aucune modification majeure.
  • Ils envoient automatiquement un signal d’alarme si la température s’écarte des valeurs définies.
  • Ils sont connectés à la plateforme MyThings via le réseau Long Range (LoRa). La sauvegarde du réseau se fait via des passerelles locales.
  • Ils s’adaptent à la température requise.

Les capteurs IoT de Proximus

header_06-iot-1.jpg

E-SANTÉ

grâce à l'IoT

Des soins de santé

plus efficaces

Duurzaamheid
gaat verder dan klimaatambities 

La prévention et la protection de 550.000 travailleurs ne s’improvisent pas. Cohezio, service externe de prévention et de protection au travail, joue la carte de l’IoT pour optimiser ses services. Rencontre avec Eric Fromont, Directeur ICT.

E-santé, data warehouse en IoT

La numérisation du secteur des soins de santé est une réalité. En amont, la prévention dans les entreprises est assurée par des services externes. Un secteur encadré par une législation stricte qui doit jongler entre les données des patients et les portails des services de l'e-santé. “Nous traitons les données des travailleurs d’environ 20.000 clients en Belgique. Nous avons conçu notre propre data warehouse qui accueille depuis peu également les données récoltées dans le cadre de nos projets d’IoT”, explique Eric Fromont.

06-header-1.jpg

Cohezio

120 frigos connectés

Dans le cadre de son activité de médecine du travail, soucieuse de veiller à une prévention optimale, Cohezio surveille également les paramètres ambiants de ses locaux. “Nous devons récolter les données telles que la température, le taux d’humidité, la luminosité ou encore le taux de CO2. Grâce au réseau LoRa de Proximus, nous obtenons des données sur mesure et en temps réel. Nous pouvons immédiatement rectifier les conditions si nécessaire. Ces « mini-capteurs » sont tout à fait complémentaires aux différents appareils professionnels que nous utilisions déjà car ils permettent d’optimiser leur utilisation en ciblant précisément les moments où nous avons besoin d’informations plus complètes et précises”, souligne Eric Fromont.

Analyse en temps réel

“Trop peu d’organisations semblent être conscientes des domaines d'application possibles de l'IoT au sein de l'entreprise."

lo-cohezio.png

Cohezio

Cohezio est le Service Externe de Prévention et de Protection au Travail. Le service contrôle la santé, la sécurité et le bien-être des employés et aide les employeurs à remplir leurs obligations légales.

image_10.png (copy3)

Étape par étape

Avant de se lancer dans l’Internet of Things, Eric Fromont et son équipe ont procédé à une analyse minutieuse des technologies disponibles sur le marché. Leur choix s’est porté sur Proximus. “La compétence des interlocuteurs et la réactivité par rapport à nos nombreuses questions ont fait le poids. Nous avons ensuite réalisé une sélection des capteurs utiles et une étude du déploiement idéal en fonction du réseau. Nous avons testé la connectivité, centre par centre.” Aujourd’hui, Cohezio gère les données récoltées via sa propre plateforme de BI et de reporting.

Une technologie à découvrir

La fusion entre l’IoT et le secteur de la santé est une avancée spectaculaire aux yeux du responsable IT de Cohezio. “Nous avons hissé la qualité de nos données à un niveau supérieur. Trop peu d’organisations semblent être conscientes des domaines d'application possibles de l'IoT au sein de l'entreprise. D’ailleurs, nos projets sont souvent source d’inspiration pour nos clients qui en expérimentent directement les bienfaits.” Eric Fromont attend également avec impatience le déploiement de la 5G. “Le potentiel de ces technologies est énorme pour les secteurs de l’e-santé et du bien-être au travail.”

06-img-portret1.jpg

Eric Fromont

Ingénieur de formation et conseiller en prévention de Niveau 1, Eric Fromont connaît le secteur de la prévention et de la protection au travail comme sa poche. Directeur ICT depuis 2007, il est fervent défenseur de la technologie au service de la santé.

Des frigos connectés

Avec une couverture nationale et environ 150 centres logistiques, le besoin d’automatisation est réel pour Eric Fromont. Un de ses projets liés à l’Internet of Things concerne le stockage des vaccins. “Nous gérons 120 frigos de stockage. Depuis qu’ils sont connectés, non seulement nous maîtrisons parfaitement les températures à distance, mais nous détectons aussi les appareils plus vétustes à remplacer. Nous avons un vrai tableau de bord dont ne nous disposions pas avant.”

Les frigos doivent offrir une température entre 2 et 8 °C. En cas de non-conformité, une alerte est envoyée vers une responsable au sein de l’équipe médicale. “Dans le cadre de notre certification ISO 9001, le respect des températures fait partie de la check-list des inspecteurs. Aujourd’hui, je dors sur mes deux oreilles, cette gestion dynamique et proactive nous permet de nous concentrer sur d’autres priorités.”

Gestion dynamique

image_10.png (copy3)

Duurzaamheid
gaat verder dan klimaatambities 

Gagner en fiabilité

Michel Andris se souvient du premier projet qui a mené à l’intégration de l’IoT au sein du CHU. “Nous sommes partis d’une demande assez simple : la surveillance de la température de nos réfrigérateurs, congélateurs et étuves dans le cadre de la surveillance des médicaments. Le relevé manuel était peu précis et nous devions gagner en fiabilité en constance et faire du reporting. C’est ce que nous avons réussi à faire grâce aux objets connectés. Nous avons même pu identifier les équipements non conformes.”

06-header-chu.jpg

CHU DE CHARLEROI

Les défibrillateurs plus rapidement sur site

Du contrôle des températures pendant le transport de sang à la gestion des parkings, le CHU de Charleroi a compris les avantages des objets connectés. Interview avec Michel Andris, Chef de projet au service TIC du CHU.

Optimiser la sécurité

Ensuite, différent projets d’innovation se sont rapidement enchaînés au sein du CHU. “Nous avons mis en place un système d’alerte via un ‘bouton’ connecté. En cas de problème de sécurité, notre personnel presse le bouton et l’alerte est immédiatement transmise, l’objectif est de pouvoir intervenir le plus rapidement possible (chaque seconde compte). La même technologie est également utilisée pour les patients en chambre stérile par exemple”, explique le chef de projet.

Géolocalisation

Dans les multiples solutions apportées par l’IoT, Michel Andris et ses collègues répondent également au défi de la géolocalisation du matériel prêté entre les services. “Fini les recherches interminables, la position de chaque scanner mobile ou pompe à perfusion est directement identifiable. Tout comme nos défibrillateurs qui sont malheureusement convoités par des personnes moins bien intentionnées.”

Michel Andris

Chef de projet au service TIC Michel Andris gère l'informatique de 4 hôpitaux, treize polycliniques et centres médicaux, 6 crèches et 3 maisons de repos.

Chaque nouvelle idée est prise en considération. Si l’intégration s’avère possible, nous partons à la recherche du capteur IoT le plus adapté.

Y goûter, c’est l’adopter

Différents projets sont sur la table de Michel Andris : des capteurs pour la gestion des places de parking, des bornes interactives de guidage des patients ou encore des capteurs de chute de personnes âgées. “Chaque nouvelle idée est prise en considération et fait l’objet d’une réflexion avec le département concerné. Si l’intégration s’avère possible, nous partons à la recherche du capteur le plus adapté. Demain, la 5G nous aidera à absorber des volumes plus importants, des données plus lourdes (comme de la vidéo) et d’avoir un temps de réponse, une latence, plus faible. Mais pour le moment, ma priorité reste la manière de réceptionner les informations, que ce soit sous couverture wi-fi ou grâce au réseau LoRa.”

PROPRE SERVEUR D’ALARMES

Pour assurer une diffusion fluide et ciblée des informations générées par les objets connectés, le CHU de Charleroi a développé son propre serveur d’alarmes. “Beaucoup d’hôpitaux fonctionnent sur base de systèmes hétérogènes. Notre stratégie s’inscrit plutôt dans une standardisation de l’information. Les objets connectés sont donc un des points d’entrée de ce serveur. L’optimisation est aussi bénéfique en interne que pour les patients”, souligne Michel Andris.

06-lo-chu.png

CHU DE DE Charleroi

Le Centre Hospitalier Universitaire de Charleroi est un hôpital public géré par l'ISPPC. L'hôpital compte 1.424 lits, quelque 4.000 collaborateurs et plus de 500 médecins.

image_10.png (copy3)
06-header-3.jpg

Proximus et ses partenaires connectent 40 centres de vaccination en 7 jours

Pour lancer la campagne de vaccination contre le COVID-19, il était crucial d'équiper les centres de vaccination en infrastructures de télécommunications et informatiques. À la demande de l'AViQ, l'Agence pour une Vie de Qualité, Proximus a déployé en 7 jours 40 nouveaux centres dotés :

  • de l’internet via une ligne fixe avec le back-up 4G pour garantir l'accessibilité ;

  • d’un pare-feu supporté par Meraki LAN et d’un réseau local sans fil (LAN) pour sécuriser les connexions ;

  • de Call Connect via des appareils mobiles pour permettre la communication entre les stewards, le personnel administratif et le personnel médical ;

  • d’ordinateurs portables et des périphériques associés, tels que les scanners de codes QR et les imprimantes, configurés et installés. Ils servent à gérer les rendez-vous et à consulter la documentation ;

  • des capteurs IoT connectés au réseau LoRa pour surveiller la température des vaccins. La plateforme IoT envoie une alerte par e-mail et SMS au pharmacien responsable lorsque la température ne se situe plus au niveau adéquat ;
     
  • de capteurs mesurant la concentration de CO₂ dans le centre de vaccination et le nombre de visiteurs présents dans le centre.
  • Les capteurs sont prêts à l’emploi et étanches.
  • Ils mesurent des températures allant jusqu’à -55 °C ou -90 °C.
  • Ils ont une précision de 0,5 °C.
  • Leur installation ne nécessite aucune modification majeure.
  • Ils envoient automatiquement un signal d’alarme si la température s’écarte des valeurs définies.
  • Ils sont connectés à la plateforme MyThings via le réseau Long Range (LoRa). La sauvegarde du réseau se fait via des passerelles locales.
  • Ils s’adaptent à la température requise.

Les capteurs IoT de Proximus

lo-cohezio.png (copy)

L’AVIQ

L' Agence pour une Vie de Qualité œuvre pour la santé et le bien-être des citoyens en Wallonie. L'AViQ place quatre valeurs essentielles au cœur de ses actions : justice, solidarité, qualité et efficacité.