Ce site web utilise des cookies

Nous utilisons des cookies fonctionnels et analytiques pour améliorer notre site Web. De plus, des tiers placent des cookies de suivi pour afficher des publicités personnalisées sur les réseaux sociaux. En cliquant sur Accepter, vous consentez au placement de ces cookies.

5G

D-Hive: les drones as-a-service
dans le port

COMPUTER CHECKPOINT
est actif depuis plus de trente ans dans le domaine de l'informatique et du multimédia. L'entreprise a des magasins à Aartselaar, Eeklo, Lokeren, Oostakker, Sint-Denijs-Westrem et Wetteren.

Piet Opstaele
Responsable de l’innovation chez Havenbedrijf Antwerpen-Brugge

“Les drones permettent toutes sortes d’applications nouvelles dans le port.”

A6K

Le laboratoire 5G d'A6K

La co-création du premier réseau 5G privé à Charleroi a pour but d'amener la technologie sur un site industriel afin de créer de nouvelles applications, mais surtout de mettre en place une plateforme sur laquelle ces innovations pourront être testées.

Fabriek Logistiek

Fabriek Logistiek teste un réseau 5G privé

Un MPN (Mobile Private Network) 5G offre le meilleur des deux mondes : la capacité et la rapidité de la 5G pour le trafic de données, tandis que les données proprement dites restent locales. Chez Fabriek Logistiek, des entreprises logistiques testent les possibilités d'un tel MPN 5G.

zone de police Klein-Brabant

Le drone de la zone de police Klein-Brabant offre une assistance aérienne

L'inspecteur en chef Herman Peeters et le premier inspecteur Peter Vercauteren utilisaient déjà des drones pendant leur temps libre. “Nous avons tout de suite vu comment ces petits engins pouvaient nous aider en intervention”, explique Peter Vercauteren. Le drone de la zone de police Klein-Brabant dispose d'une caméra dotée d’un zoom puissant et d'une caméra thermique. Au sol, un agent manipule le dispositif, tandis qu'un second surveille les caméras et les enregistrements. Le drone fournit donc une assistance aérienne. "Je me souviens d'une perquisition de la police fédérale dans notre zone", dit Herman Peeters. "Il faisait noir, et cela rendait les images ordinaires inutilisables. Mais grâce à la caméra thermique, nous avons pu sans problème repérer le suspect. Quand il a pris la fuite, nous l'avons suivi avec le drone jusqu'à son interpellation par la police fédérale."

La commande de Spot se fait par défaut via le réseau wifi auquel il est relié ou qu’il émet lui-même. Cela signifie qu’il faut soit qu’une connexion wifi soit présente, soit que l’opérateur qui commande Spot soit à proximité du robot. “Mais le wifi n’est pas présent partout sur les gros sites industriels”, explique Philippe Soutaer, 5G Innovation Lead chez Proximus. “Dans ce cas, la 5G offre une connexion uniforme et constante avec Spot, sans latence, de sorte que le robot puisse envoyer ses images et autres données sans problème et en temps réel.”

Connectivité via la 5G

Philippe Soutaer

5G Innovation Platform Lead chez Proximus

Dronematrix est un développeur de drones et de logiciels pour drones et fait partie de RiskMatrix, un groupe européen de sociétés technologiques axées sur les technologies intelligentes, les logiciels avancés et les solutions pour drones.

spot : le Chien robot

Un compagnon à 4 pattes accélère l’innovation

Pour un robot sur roues, une petite marche à monter représente souvent un obstacle infranchissable. Mais pas pour le chien robot Spot ! Combiné à la 5G, il ouvre la voie à une toute nouvelle approche du support et de l’automatisation.

Frederik Winters, Director Business Development chez DroneMatrix

“Nous proposons des drones as-a-service. Le client n’est pas propriétaire du drone, mais achète un vol de drone comme un service.”

Director Business Development chez DroneMatrix

Frederik Winters 

Ce n’est pas par hasard que cette première a lieu à Anvers. Il y a longtemps déjà que le port étudie le potentiel des vols de drones. Anvers a d’ailleurs été le premier port au monde à lancer un appel d’offres pour des drones. “Et DroneMatrix est la seule entreprise du marché belge à construire des drones”, complète Frederik Winters. “Nous sommes ainsi rapidement entrés en contact.” SkeyDrone se charge du trafic des drones pour ce projet, tandis que Proximus est intervenu en tant que partenaire pour le trafic de données entre les drones et la plateforme de gestion des appareils.

interview d'expert

Le consortium 6th NeTWorK comme force motrice

6th NeTWorK élabore des solutions de drones sous la forme d’un service : ‘drones as-a-service’. Les entreprises peuvent acheter ce service à des fins commerciales de toutes sortes.

En tant qu'autorité portuaire, Havenbedrijf Antwerpen-Brugge, l’entreprise en charge du port d’Anvers-Bruges, est responsable de la réalisation d'un large éventail d'activités visant à relier le port au reste du monde. Ils garantissent un trafic maritime fluide et sûr et entretiennent les infrastructures portuaires telles que les ponts et les écluses.

Unmanned Traffic Management : une première mondiale

Étant donné ce large éventail d’applications possibles, le port d’Anvers a décidé d’opter pleinement pour la technologie des drones. “Notre entreprise portuaire gère l’ensemble du port, non seulement ce qui se passe sur terre et en mer, mais aussi dans les airs”, poursuit Piet Opstaele. “Nous sommes le premier port au monde à disposer d’un système d’Unmanned Traffic Management : une solution nous permettant de gérer le trafic des drones au sein du port.”

“Une entreprise qui demande un vol de drone le fait par le biais d’une plateforme digitale”, explique Steven Mees, Enterprise Account Manager chez Proximus. “Ce système – qui fonctionne dans notre centre de données – reçoit également les images vidéo envoyées par la caméra du drone via notre réseau mobile.” Proximus a effectué des tests avec la 5G dans le port d’Anvers-Bruges. Les enchères des licences 5G suivront sous peu. “Le port d’Anvers sera ainsi la première grande zone où Proximus déploiera la 5G”, poursuit Steven Mees. L’arrivée de la 5G devrait marquer un véritable tournant dans l’utilisation de drones.

La 5G marque un tournant dans l’utilisation de drones
Un réseau 5G, essentiel pour une communication en temps réel    

La 5G est essentielle à l’élaboration d’un réseau de drones. Elle permet une communication en temps réel entre les drones et le centre de contrôle pour le pilotage des appareils. En outre, la caméra des drones envoie des images en temps réel grâce à la 5G. “Les vols d’essai ont d’ores et déjà été effectués”, conclut Piet Opstaele. “Nous lançons une première offre de services de drones sur la rive gauche, et l’étendrons progressivement à l’ensemble de la zone portuaire après l’été. D’ici la fin de l’année, nous comptons effectuer 500 vols par mois.”

Ce système constitue le cœur de D-Hive, le nom sous lequel l’entreprise portuaire peut commander les services de drones. “Le port couvre une zone étendue”, précise Piet Opstaele. “On estime qu’il s’y trouve pour 2 milliards d’euros d’actifs.” Ceux-ci peuvent, d’une manière ou d’une autre, bénéficier des services de drones, comme une surveillance ou un support aérien. En cas d’incendie dans un endroit difficile d’accès, ou où il existe un risque d’explosion, les images rapportées par les drones peuvent être très utiles aux services d’intervention. L’utilisation de drones permet d’obtenir ces images sans exposer personne au danger.

De nouveaux services 
Le port gère le trafic des drones 

L’utilisation de drones permet à l’entreprise portuaire d’organiser l’élimination des pollutions de façon bien plus ciblée et, ainsi, de beaucoup moins entraver le trafic naval. “Nous avons ainsi imaginé de nombreuses utilisations possibles des drones au sein du port”, confie Piet Opstaele. “Un drone peut par exemple, à l’aide de sa caméra, identifier les conteneurs transportant des marchandises dangereuses ; nous n’avons alors plus besoin d’envoyer de personnes sur place. Nous pouvons également faire effectuer aux drones des inspections aériennes, etc.”

Détecter par drone les endroits pollués

“Les écoulements de pétrole dans l’eau ont un fort impact”, ajoute Piet Opstaele. “Nous suspendons localement le trafic marin jusqu’à ce que les hydrocarbures soient nettoyés. Nous voulons également prévenir la pollution des rives par le pétrole qui s’y échoue.” C’est aussi pour cette raison que l’entreprise portuaire élimine les 50 tonnes annuelles de débris flottants dans le port. “Habituellement, nous recherchons le pétrole ou les déchets flottants par bateau”, explique Piet Opstaele. “Mais il est évident que ces endroits pollués sont bien plus rapides à détecter depuis les airs.”

Ce n’est pas par hasard que D-Hive prend concrètement forme au port d’Anvers-Bruges. “Nous misons beaucoup sur l’innovation”, déclare Piet Opstaele, responsable de l’innovation chez Havenbedrijf Antwerpen-Brugge. “Nous avons commencé il y a trois ans à étudier la valeur ajoutée que pouvaient avoir les drones pour le port.” La détection de nappes de pétrole a été un premier cas examiné. Chaque année, 100 à 150 incidents concernent des pertes d’hydrocarbures au port, par exemple lors du ravitaillement en carburant des bateaux ou suite à une collision.

Eye in the sky 

“La demande pour des services robotisés est en très nette augmentation depuis quelques années”, note Edy van Acker, CEO de Computer Checkpoint. L’entreprise est active depuis plus de trente ans dans les domaines informatique et multimédia, mais propose également, depuis quelques années, des robots humanoïdes. Ces appareils se prêtent à merveille à des tâches interactives et intelligentes, comme l’accueil ou l’assistance. “Pendant la crise sanitaire, les entreprises ont entre autres eu besoin de robots pour prendre la température des visiteurs.”

Computer Checkpoint est la première entreprise belge à avoir ajouté à son offre Spot, crée par le développeur robotique américain Boston Dynamics. Spot est un chien robot. Contrairement aux modèles les plus courants, il se déplace non pas sur roues, mais à quatre pattes, comme un vrai chien. “Cela présente un immense avantage”, explique Edy. “Spot peut être utilisé sur à peu près tous les types de terrain : sur un sol inégal, sur l’herbe, etc. Le robot sait franchir des seuils et monter des escaliers.”

steven mees

Enterprise Account Manager chez Proximus

Dans le port d’Anvers-Bruges, c’est un véritable réseau de drones qui prend peu à peu forme sous le nom de D-Hive. Ce réseau est déployé par le consortium 6th NeTWorK, fondé fin 2020 par DroneMatrix, développeur de drones et logiciels pour drones, SkeyDrone, prestataire de services pour le trafic aérien de drones, et Proximus.

Piet Opstaele, responsable de l’innovation chez Havenbedrijf Antwerpen-Brugge

“Nous visons 500 vols de drones automatisés par mois au port d’Anvers d’ici la fin de l’année.”

Piet Opstaele 

a étudié l’histoire et la planification territoriale à l’Université de Gand. Depuis 2017, il est responsable de l’innovation chez Havenbedrijf Antwerpen-Brugge, l’entreprise en charge du port d’Anvers-Bruges.

Les drones du port d’Anvers-Bruges détectent les nappes de pétrole et débris flottants. Une inspection aérienne permet de résoudre plus efficacement ces problèmes. Le port veut inciter d’autres entreprises à utiliser les drones.

D-Hive: les drones as-a-service
dans le port

5G

COMPUTER CHECKPOINT
est actif depuis plus de trente ans dans le domaine de l'informatique et du multimédia. L'entreprise a des magasins à Aartselaar, Eeklo, Lokeren, Oostakker, Sint-Denijs-Westrem et Wetteren.

Dronematrix est un développeur de drones et de logiciels pour drones et fait partie de RiskMatrix, un groupe européen de sociétés technologiques axées sur les technologies intelligentes, les logiciels avancés et les solutions pour drones.

A6K

Le laboratoire 5G d'A6K

La co-création du premier réseau 5G privé à Charleroi a pour but d'amener la technologie sur un site industriel afin de créer de nouvelles applications, mais surtout de mettre en place une plateforme sur laquelle ces innovations pourront être testées.

Fabriek Logistiek

Fabriek Logistiek teste un réseau 5G privé

Un MPN (Mobile Private Network) 5G offre le meilleur des deux mondes : la capacité et la rapidité de la 5G pour le trafic de données, tandis que les données proprement dites restent locales. Chez Fabriek Logistiek, des entreprises logistiques testent les possibilités d'un tel MPN 5G.

zone de police Klein-Brabant

Le drone de la zone de police Klein-Brabant offre une assistance aérienne

L'inspecteur en chef Herman Peeters et le premier inspecteur Peter Vercauteren utilisaient déjà des drones pendant leur temps libre. “Nous avons tout de suite vu comment ces petits engins pouvaient nous aider en intervention”, explique Peter Vercauteren. Le drone de la zone de police Klein-Brabant dispose d'une caméra dotée d’un zoom puissant et d'une caméra thermique. Au sol, un agent manipule le dispositif, tandis qu'un second surveille les caméras et les enregistrements. Le drone fournit donc une assistance aérienne. "Je me souviens d'une perquisition de la police fédérale dans notre zone", dit Herman Peeters. "Il faisait noir, et cela rendait les images ordinaires inutilisables. Mais grâce à la caméra thermique, nous avons pu sans problème repérer le suspect. Quand il a pris la fuite, nous l'avons suivi avec le drone jusqu'à son interpellation par la police fédérale."

La commande de Spot se fait par défaut via le réseau wifi auquel il est relié ou qu’il émet lui-même. Cela signifie qu’il faut soit qu’une connexion wifi soit présente, soit que l’opérateur qui commande Spot soit à proximité du robot. “Mais le wifi n’est pas présent partout sur les gros sites industriels”, explique Philippe Soutaer, 5G Innovation Lead chez Proximus. “Dans ce cas, la 5G offre une connexion uniforme et constante avec Spot, sans latence, de sorte que le robot puisse envoyer ses images et autres données sans problème et en temps réel.”

Connectivité via la 5G

Philippe Soutaer

5G Innovation Platform Lead chez Proximus

“La demande pour des services robotisés est en très nette augmentation depuis quelques années”, note Edy van Acker, CEO de Computer Checkpoint. L’entreprise est active depuis plus de trente ans dans les domaines informatique et multimédia, mais propose également, depuis quelques années, des robots humanoïdes. Ces appareils se prêtent à merveille à des tâches interactives et intelligentes, comme l’accueil ou l’assistance. “Pendant la crise sanitaire, les entreprises ont entre autres eu besoin de robots pour prendre la température des visiteurs.”

Computer Checkpoint est la première entreprise belge à avoir ajouté à son offre Spot, crée par le développeur robotique américain Boston Dynamics. Spot est un chien robot. Contrairement aux modèles les plus courants, il se déplace non pas sur roues, mais à quatre pattes, comme un vrai chien. “Cela présente un immense avantage”, explique Edy. “Spot peut être utilisé sur à peu près tous les types de terrain : sur un sol inégal, sur l’herbe, etc. Le robot sait franchir des seuils et monter des escaliers.”

spot : le Chien robot

Un compagnon à 4 pattes accélère l’innovation

Pour un robot sur roues, une petite marche à monter représente souvent un obstacle infranchissable. Mais pas pour le chien robot Spot ! Combiné à la 5G, il ouvre la voie à une toute nouvelle approche du support et de l’automatisation.

steven mees

Enterprise Account Manager chez Proximus

“Une entreprise qui demande un vol de drone le fait par le biais d’une plateforme digitale”, explique Steven Mees, Enterprise Account Manager chez Proximus. “Ce système – qui fonctionne dans notre centre de données – reçoit également les images vidéo envoyées par la caméra du drone via notre réseau mobile.” Proximus a effectué des tests avec la 5G dans le port d’Anvers-Bruges. Les enchères des licences 5G suivront sous peu. “Le port d’Anvers sera ainsi la première grande zone où Proximus déploiera la 5G”, poursuit Steven Mees. L’arrivée de la 5G devrait marquer un véritable tournant dans l’utilisation de drones.

La 5G marque un tournant dans l’utilisation de drones

Ce n’est pas par hasard que cette première a lieu à Anvers. Il y a longtemps déjà que le port étudie le potentiel des vols de drones. Anvers a d’ailleurs été le premier port au monde à lancer un appel d’offres pour des drones. “Et DroneMatrix est la seule entreprise du marché belge à construire des drones”, complète Frederik Winters. “Nous sommes ainsi rapidement entrés en contact.” SkeyDrone se charge du trafic des drones pour ce projet, tandis que Proximus est intervenu en tant que partenaire pour le trafic de données entre les drones et la plateforme de gestion des appareils.

interview d'expert

Le consortium 6th NeTWorK comme force motrice

6th NeTWorK élabore des solutions de drones sous la forme d’un service : ‘drones as-a-service’. Les entreprises peuvent acheter ce service à des fins commerciales de toutes sortes.

En tant qu'autorité portuaire, Havenbedrijf Antwerpen-Brugge, l’entreprise en charge du port d’Anvers-Bruges, est responsable de la réalisation d'un large éventail d'activités visant à relier le port au reste du monde. Ils garantissent un trafic maritime fluide et sûr et entretiennent les infrastructures portuaires telles que les ponts et les écluses.

Frederik Winters, Director Business Development chez DroneMatrix

“Nous proposons des drones as-a-service. Le client n’est pas propriétaire du drone, mais achète un vol de drone comme un service.”

Unmanned Traffic Management : une première mondiale

Étant donné ce large éventail d’applications possibles, le port d’Anvers a décidé d’opter pleinement pour la technologie des drones. “Notre entreprise portuaire gère l’ensemble du port, non seulement ce qui se passe sur terre et en mer, mais aussi dans les airs”, poursuit Piet Opstaele. “Nous sommes le premier port au monde à disposer d’un système d’Unmanned Traffic Management : une solution nous permettant de gérer le trafic des drones au sein du port.”

Piet Opstaele 

a étudié l’histoire et la planification territoriale à l’Université de Gand. Depuis 2017, il est responsable de l’innovation chez Havenbedrijf Antwerpen-Brugge, l’entreprise en charge du port d’Anvers-Bruges.

Un réseau 5G, essentiel pour une communication en temps réel    

La 5G est essentielle à l’élaboration d’un réseau de drones. Elle permet une communication en temps réel entre les drones et le centre de contrôle pour le pilotage des appareils. En outre, la caméra des drones envoie des images en temps réel grâce à la 5G. “Les vols d’essai ont d’ores et déjà été effectués”, conclut Piet Opstaele. “Nous lançons une première offre de services de drones sur la rive gauche, et l’étendrons progressivement à l’ensemble de la zone portuaire après l’été. D’ici la fin de l’année, nous comptons effectuer 500 vols par mois.”

Ce système constitue le cœur de D-Hive, le nom sous lequel l’entreprise portuaire peut commander les services de drones. “Le port couvre une zone étendue”, précise Piet Opstaele. “On estime qu’il s’y trouve pour 2 milliards d’euros d’actifs.” Ceux-ci peuvent, d’une manière ou d’une autre, bénéficier des services de drones, comme une surveillance ou un support aérien. En cas d’incendie dans un endroit difficile d’accès, ou où il existe un risque d’explosion, les images rapportées par les drones peuvent être très utiles aux services d’intervention. L’utilisation de drones permet d’obtenir ces images sans exposer personne au danger.

De nouveaux services 

Piet Opstaele, responsable de l’innovation chez Havenbedrijf Antwerpen-Brugge

“Nous visons 500 vols de drones automatisés par mois au port d’Anvers d’ici la fin de l’année.”

Détecter par drone les endroits pollués

“Les écoulements de pétrole dans l’eau ont un fort impact”, ajoute Piet Opstaele. “Nous suspendons localement le trafic marin jusqu’à ce que les hydrocarbures soient nettoyés. Nous voulons également prévenir la pollution des rives par le pétrole qui s’y échoue.” C’est aussi pour cette raison que l’entreprise portuaire élimine les 50 tonnes annuelles de débris flottants dans le port. “Habituellement, nous recherchons le pétrole ou les déchets flottants par bateau”, explique Piet Opstaele. “Mais il est évident que ces endroits pollués sont bien plus rapides à détecter depuis les airs.”

Ce n’est pas par hasard que D-Hive prend concrètement forme au port d’Anvers-Bruges. “Nous misons beaucoup sur l’innovation”, déclare Piet Opstaele, responsable de l’innovation chez Havenbedrijf Antwerpen-Brugge. “Nous avons commencé il y a trois ans à étudier la valeur ajoutée que pouvaient avoir les drones pour le port.” La détection de nappes de pétrole a été un premier cas examiné. Chaque année, 100 à 150 incidents concernent des pertes d’hydrocarbures au port, par exemple lors du ravitaillement en carburant des bateaux ou suite à une collision.

Eye in the sky 

Dans le port d’Anvers-Bruges, c’est un véritable réseau de drones qui prend peu à peu forme sous le nom de D-Hive. Ce réseau est déployé par le consortium 6th NeTWorK, fondé fin 2020 par DroneMatrix, développeur de drones et logiciels pour drones, SkeyDrone, prestataire de services pour le trafic aérien de drones, et Proximus.

Les drones du port d’Anvers-Bruges détectent les nappes de pétrole et débris flottants. Une inspection aérienne permet de résoudre plus efficacement ces problèmes. Le port veut inciter d’autres entreprises à utiliser les drones.